Identifiant

Mot de passe

Je me connecte

Mot de passe oublié

 

Votre email

Valider

 

Secteur d'activité

 

Département

 

Type de contrat

Adhérents

Presse

Contact

Fermer le menu

Discours de vœux pour l’année 2020 du Président du GES, Frédéric GAUTHEY
Le Pré Catalan, janvier 2020

Monsieur le Député,
Madame la Présidente,
Messieurs les Présidents,
Monsieur le Préfet,
Mesdames, Messieurs,
Chers confrères, chers amis

Monsieur le Député, je tiens à vous remercier, tout d’abord, pour vos vœux, au nom de l’ensemble des adhérents du GES. Il s’agit, pour celui-ci, de ses premiers vœux, et à l’orée d’une future loi sur la sécurité intérieure, dans laquelle nous souhaitons que la sécurité privée, que la sécurité des entreprises, aient une place majeure, il était important qu’un représentant du législateur soit présent. Donc oui, nous saisissons votre main tendue pour approfondir avec vous ainsi qu’avec vos collègues, dans la semaine à venir, nos propositions.
 
Je sais aussi que votre emploi du temps est contraint, et que vous devez vous rendre dès à présent aux vœux du Premier ministre. Nous vous libérons donc, en vous chargeant d’un message : souhaitez nos meilleurs vœux à monsieur le Premier ministre et dites-lui, bien évidemment, que nous sommes donc également à sa disposition. Voilà, le message est passé !

Chers amis, voici donc les premiers vœux du jeune GES, jeune mais déjà bien lancé. Depuis le 5 juin, nous avons eu l’occasion de vous voir à plusieurs reprises : La Baule, notre Assemblée générale de décembre, ont été chaque fois l’occasion de vous présenter les projets que nous portions.

Ce soir, je vais être bref, non seulement car :

  • je ne veux pas refaire un discours-programme ou un discours-bilan des 6 mois,
  • car vous avez déjà probablement enchaîné un grand nombre de cérémonie,
  • et parce que les vœux sont une occasion de convivialité.

Je voudrais plutôt vous dresser quelques perspectives futures.

 

Ainsi, le GES est désormais installé pleinement partout où il devait l’être, et cela en force :

  • au CNAPS avec 35 représentants dans l’ensemble des instances nationales et locales. Nous allons d’ailleurs les réunir le 4 mars prochain, afin d’échanger, de partager, d’apprendre sur notre participation à la régulation de notre secteur. Cela ne s’était jamais fait.
  • Dans les départements, avec près de 100 Référents départementaux de la sécurité privée, qui répondent donc présents aux réunions organisées localement dans le cadre de la concertation sur le livre blanc ou dans le cadre de la convention nationale d’échange d’information signée à La Baule, en octobre dernier, entre le ministère de l’Intérieur, le GES et le CDSE.
  • Dans les instances paritaires : CMPPNI, CPNFEP, ADEF, Observatoire des Métiers, SPP, et j’ajoute désormais le conseil d’administration et le bureau de notre opérateur de compétences, AKTO, ainsi que la CPC « Services aux entreprises » (pour le BTS de management opérationnel de sécurité) : ce sont plus d’une vingtaine de représentants du GES mobilisés pour ces instances sociales et paritaires. Les 83,43 % de représentativité, obtenue en décembre dernier, nous obligent du point de vue de nos partenaires sociaux.
  • Bien évidemment, nous participons enfin à l’ensemble des réunions avec la CNSJ, la DGFEP, ; nous avons adhéré au MEDEF, à la CPME, à la CoESS. D’autres adhésions sont encore envisagées si nécessaires.

Au final, la sécurité privée n’a pas vu une telle mobilisation de ses représentants patronaux et de ses entreprises depuis qu’elle est officiellement reconnue par la loi de 1983 et par la convention collective de 1985. Bien évidemment, c’était l’objectif de la réunification : nous avions une obligation de moyens et nous y sommes presque.

J’ajoute que prochainement arrivera un ou une juriste en droit social et négociations collectives. Nous avons rencontré des candidats, cette après-midi encore, et le choix n’est pas loin d’être fait. Notre prochain conseil d’administration pourra donc se prononcer.

 

Nos perspectives sur le fond désormais, avec nos partenaires sociaux, avec nos clients, avec les pouvoirs publics :

Avec nos partenaires sociaux, déjà trois accords ont été signés :

  • NAO pour 2020, je vais y revenir ;
  • Financement du MAC pour 2020 : il faudra réfléchir très vite au financement pour les années futures ;
  • Entretiens professionnels.

Nous avons donc bel et bien commencé à retisser les liens du dialogue social. Plus particulièrement, l’accord sur les salaires pour 2020 est porteur d’une ambition, d’une trajectoire pluriannuelle forte : vous le savez, nous prévoyons une hausse de la masse salariale globale de 10 % pour 2022. Nous avons pris nos responsabilités, nous, employeurs, parce que nous sommes convaincus que pour tirer cette profession du marasme existant, il faut qu’elle redevienne attractive et que les salaires fassent un peu plus rêver les candidats.

Mais cette prise de responsabilité en appelle une autre : celle de nos partenaires sociaux. Ainsi, un agenda social lui-même très ambitieux a été discuté et est une des conditions d’atteinte des 10% de hausse de la masse salariale globale. Quel est cet agenda social ?

  • réviser nos classifications d’emploi et de compétences, avec des premières propositions d’ici quelques semaines ;
  • remettre sur la table l’accord de reprise, négocier sur la vie professionnelle / vie privée ;
  • négocier sur l’égalité professionnelle, sur la prévoyance santé, etc.

Alors, évidemment, nous ne serons pas toujours d’accord avec nos partenaires sociaux, et nous aurons sans doute des « non » sur certains sujets : mais, comme toute négociation, pour aller du « non » au « oui », tentons de passer par un « peut-être ». Nous négocierons de manière franche, mais transparente.

 

Ce dialogue social, cette trajectoire de hausse de la masse salariale globale de 10%, nous amènent sur nos relations avec nos clients.

Bien évidemment, et nous l’avons calculé, cette hausse entraînera un impact sur les coûts des entreprises et donc sur les prix se situant dans une fourchette minimale de 15 à 20 %. Nos clients vont donc devoir être mis à contribution, mais ils doivent comprendre que c’est dans leur intérêt d’avoir des agents de sécurité d’une autre envergure, de qualité, mieux formés, mieux payés.

Je veux dire ici que nous vous accompagnerons, adhérents du GES, face à cette échéance, qui commence dès maintenant : très prochainement, vous allez recevoir quelques documents utiles, actuellement en cours de finalisation. Notre communication des mois et années à venir est désormais fixée : 15 à 20 % de hausse pour nos clients.

Enfin, nous ne réussirons cette bascule qu’en recourant également aux technologies, au numérique. Pour cette raison, nous allons engager un travail en interne du GES sur ce sujet, afin d’élaborer des propositions, d’évaluer celles proposées par d’autres organisations et, je n’en doute pas, les défendre ensuite ensemble.

 

A ce stade, vous voyez que nous arrivons à la question de la régulation économique de notre secteur et à une partie de nos propositions dans le cadre du continuum de sécurité et d’une future loi sur la sécurité intérieure. Bref, il s’agit là de nos relations avec les pouvoirs publics, qu’ils soient du ministère de l’Intérieur, du ministère du Travail, de Bercy.

Comme je l’ai dit au congrès de La Baule, nous ne sommes pas particulièrement demandeurs du continuum de sécurité. C’est l’État qui est demandeur parce qu’il s’aperçoit, à juste titre, qu’il ne peut plus assurer toutes ses missions ; il a besoin de partenaires. Nous, nous voulons bien participer, mais nous avons des prérequis : pour pouvoir assurer de façon effective et efficace ce continuum, un certain nombre de modifications de la régulation de notre secteur, une montée en compétence et une reconnaissance plus que symbolique sont d’abord nécessaires.

Je ne vais pas vous décrire de nouveau l’ensemble de nos propositions, mais juste vous en lister une partie :

  • d’un point de vue économique : instauration d’une garantie financière, limitation de la sous-traitance à un niveau, création et imposition dans les contrats d’un indice qui reflète les hausses de coûts de revient de la profession,
  • du point de vue des ressources humaines, de la reconnaissance de nos agents : possibilité d’assermenter nos personnels dans certains cas ; instauration d’une protection juridique des agents par le biais de circonstances aggravantes lorsqu’une personne s’en prend à un de nos agents ! J’ajoute ici la publication des noms des entreprises de sécurité privée sanctionnées.

Une autre mesure qui nous paraît évidente, c’est la suppression, du moins la permission conditionnée et spécifique des autoentrepreneurs dans la sécurité privée, notamment lorsque ce que ce régime de travail vise à contourner la recherche de professionnalisation. On ne peut pas être artisan-charcutier la semaine et faire des vacations de sécurité le week-end. Agent de sécurité, c’est un vrai métier. Comme nous représentons un secteur d’activité spécial puisque para-régalien, le cadre économique qui régit l’ensemble des professions, peut, dans un certain nombre de cas, ne pas totalement s’appliquer à la sécurité privée.

Alors là, seulement, le continuum de sécurité pourra se mettre véritablement, sainement, efficacement se mettre en œuvre, et nous pourrons envisager plus sereinement des transferts de missions ou des échanges gagnant-gagnant d’information, pour peu que cela soit constitutionnellement possible et économiquement viable et rentable.

Je tiens également à dire à nos différents partenaires que le GES ne réussira pas seul : pour cette raison, nous souhaitons réunir nos partenaires sociaux à une réunion de présentation de nos propositions. En effet, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire en CMP, nous avons un grand nombre d’objectifs en commun : la revalorisation de nos salaires ou plutôt des salaires de nos salariés, la considération de notre profession à son juste niveau, l’arrêt de pratiques peu orthodoxes qui déshonorent notre métier…. Il me semble important d’échanger avec nos partenaires sociaux sur ces sujets-là, aussi, et pas seulement sur notre agenda social ou salarial. J’espère qu’ils voudront bien répondre présents !

 

Je ne peux terminer ses vœux, avec une perspective qui dépasse, vous le voyez, la seule année 2020, sans évoquer l’événement-phare, pour notre pays, que constitueront les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Nous en sommes à 4 ans et 5 mois, autant dire que c’est demain.

Or, comme je le répète également souvent, face à des chiffres nous indiquant la nécessité d’embaucher 25 à 30 000 agents pour cet événement, nous ne sommes pas prêts, nous n’en sommes pas capables aujourd’hui. Alors, plutôt que de nous lamenter, je tiens à vous indiquer que nous avons créé une commission chargée de réfléchir aux Jeux olympiques : elle se réunit tous les mois et est essentiellement gérée par des petites et moyennes entreprises, parce que la sécurité évènementielle est leur cœur de métier. A son agenda, voici les sujets qu’elle traite : Comment attirer et former pour un événement aussi court ? Comment pérenniser l’emploi ensuite ? Comment faire bénéficier nos concitoyens de ces jeux, plutôt que de recourir, comme je l’entends ici ou là, à de la main-d’œuvre étrangère. Nous souhaitons que les Jeux olympiques soient une réussite, qu’on ne s’y trompe pas, mais nous ne pourrons y participer à n’importe quel prix.

Plus largement, je crois que les Jeux olympiques sont la partie émergée de l’iceberg et vont être le révélateur des problèmes en profondeur de la sécurité privée. Nous n’arriverons à faire face à cet événement que si nous arrivons à régler les dysfonctionnements immergés : attractivité, salaires, prix tirés vers le bas, encadrement intermédiaire, etc.

Pour conclure ces vœux, vous voyez que nous nous sommes retroussés les manches, que nous ne souhaitons pas perdre de temps, que nous avons des perspectives clairement articulées et qu’enfin nous souhaitons aboutir sur des projets bien concrets. Nous allons donc nous battre, nous allons nous battre pour nos entreprises et leur rentabilité mise à mal depuis bientôt 10 ans, nous allons nous battre pour nos salariés afin qu’ils soient mieux payés, mieux formés et mieux reconnus. Rien ne pourra mettre en défaut notre détermination à modifier en profondeur notre profession

 

Alors, souhaitons-nous une bonne année 2020 pour y arriver !

Souhaitons-nous une bonne année pour que nos partenaires sociaux saisissent la main que nous leur tendons pour faire évoluer positivement notre secteur.

Souhaitons-nous une bonne année pour que l’Etat entende nos propositions et nos solutions pour mettre en œuvre des règles efficaces de régulation qui tirent notre métier ver le haut.

Souhaitons-nous une bonne année pour que nos clients sachent nous accompagner dans ce changement de paradigme sans précédent qui régissent les relations qu’ils entretiennent avec nos entreprises et nos salariés.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite donc une excellente soirée.